Poesie



Spread BTP-Bund au-dessus de 150

Les personnes qui dansant le tango
sur Piazza Affari
à onze heures du soir.
Ils ne se soucient pas des marchés
des dettes et des crédits
et laissent que la musique réponde
aux doutes habituels de l’existence.
Et les courbes des femmes
sont bien meilleures que celles du spread,
et leur actions
ne perdent jamais de valeur,
et leur portemonnaie est vide
et seulement grâce à cela
ils dansent si légers.
Et tandis que les clochards, sans veste ni cravate,
regardent avec l’air émerveillée
et tandis que moi je fais le même de ma voiture criblée
je sais
que tout le monde gagne quelque chose à admirer
les personnes qui dansent le tango, sur Piazza Affari.
Je souris, devant la Bourse confuse
car tout cela n’a aucun sens pour elle :
nous en gagnons
sans avoir rien investi.